L'ordre de l'Etoile

Le Roi de France avait donné l'étoile, signe distinctif de l'Ordre de l'Etoile, au capitaine du guet chargé de veiller à la sûreté de Paris dés 1254. Cet officier prit alors le nom de chevalier du guet, et il communiqua les insignes de l'ordre aux sergents et archers du guet, ces hommes, qui dés lors arborèrent sur leur cotte d'arme une étoile à huit branche, (alors que l'insigne de l'ordre n'en comptait que 5).

Elle symbolise l'étoile polaire, axe du monde, astre lumineux qui guide et évoque l'ordre.

C'est ce symbole que les Policier nationaux Français ont longtemps portés, réminiscence du passé et de sa symbolique.

 

 

 

Voici tiré d'un ouvrage ancien, l'histoire de cet ordre :

 

L'ORDRE DE L'ÉTOILE:

Tire son origine de la grande dévotion qu'avait à la Vierge le Roi Robert surnommé le dévotieux, (Robert II de France, surnommé Robert le Pieux est né à Orléans vers 972, mort au château de Melun le 20 juillet 1031. Fils d'Hugues Capet et de son épouse Adélaïde d'Aquitaine, il est le deuxième roi franc de la dynastie capétienne. Il règne de 996 à 1031 et est ainsi l'un des souverains de l'an mil) en l'honneur de laquelle il institua cet Ordre l'an M. XXII.(1022) au mois d'Août, sous le titre de l'Ordre de notre Dame de l'Étoile, composé de trente Chevaliers, dont le Roi de France, Chef et Souverain Grand Maître, était compris dans le nombre ; ils portaient un Manteau de Damas blanc, le Mantelet et les doublures de Damas incarnat, la Cotte ou Gonnelle de même, sur laquelle au côté gauche en la poitrine, était une Étoile en broderie recamée d'or à cinq rais ; le Collier de l'Ordre fait d'un tortil de chaînons d'or à trois rangs entrenoués de Roses d'or, alternativement émaillées de blanc et de rouge, au bas duquel suspendait une Étoile d'or.

 

Les Chevaliers étaient obligés de dire tous les jours en l'honneur de la Patronne de l'Ordre, un Chapelet de quinze dizaines d'Ave Maria, et de cinq Pater, avec les Antienne et Oraison suivantes par lui composées à son intention, et des Rois ses successeurs Souverains dudit Ordre.


Solem Justitia, Regem paritura supremum
Stelle Maria maris hodie processit ad ortum,
Cer... divinum lumen gaudete fideles
Stirps Jesse Virgam produxit, Virgaque florem,
Et super hunc florem requiescit Spiritus almus :
Virgo Dei genitrix virga est, flos Filius eius.
Ad nutum Domini nostrum ditantis honorem,
Sicut Spina Rosam genuit, Indea Mariam,
Ut vitium virtus operiret, gratia culpam.
...
Cet Ordre eut grande vogue jusqu'au temps du Roi Philippe IV de Valois, qu'il fut intermis (oublié NDR)par les malheurs de la guerre : mais depuis rétabli par le Roi Jean (1)son fils., l
e 16 novembre 1351, qui ajouta au-dessus de l'Étoile une Couronne, prit pour devise Monstrant Regibus astra viam, et en tînt son premier Chapitre à Saint Oüin près Saint Denis, dit le Palais de Clichy, où il créa dix-huit Chevaliers : d'où quelques uns ont inféré qu'il fut l'Auteur de cet Ordre, et en ont fait naître une erreur populaire, pareille à celle qui a laissé la croyance que le Roi Charles V l'eut aboli : pourquoi prouver le contraire Favin rapporte, et après lui la Colombière en son vrai Théâtre d'honneur et de Chevalerie, les Lettres patentes de ce Roi données à Jean de Rochechouard et à Jean de Beaumont ses Chambellans, par lesquelles il leur confère l'Ordre de l'Étoile, qu'il titre l'Étoile Royale, en date du XIV janvier M. CCC. LXXVI. D'autres ont dit que ce fut Charles VII lequel épuisé de Finances et hors de pouvoir de récompenser les Capitaines qui lui faisaient services, les reconnaissait par son Ordre de l'Étoile, en leur donnant le Collier, dont les Princes et grands Seigneurs de France, voyant que la marque d'honneur et d'excellence qu'ils avaient, était communiquée à tant de simples Gentilshommes et Soldats, le tinrent à mépris, et en portèrent leurs plaintes au Roi, lequel ayant assemblé le Chapitre (qui fut le dernier) au Palais de Clichy, l'an M. CCC. LVI. les Chevaliers présents, il tira de son col un ruban de soie noire, auquel pendait l'Étoile d'or de l'Ordre, la mit au col du Chevalier du guet de nuit de la Ville de Paris, l'appela Chevalier du guet, ordonna que dorénavant il n'y aurait que lui qui porterait cet Ordre, et que ses Archers tant de cheval que de pied, auraient devant et derrière de leurs Hoquetons (cotte d'arme des hommes du Guet), une Étoile d'or en broderie (plus souvent peinte d'ailleurs...), ce qui dure encore jusqu'à présent ; et qu'à l'exemple du Roi les Princes et grands Seigneurs quittèrent ledit Ordre au Chevalier du guet, ainsi supprima cet Ordre, qu'aucuns disent avoir été supprimé par le Roi Louis XI. Voilà l'erreur en laquelle on est, que le même Favin dit avoir tenu pour vraie, dont il a été désabusé par la lecture. Vrai ou non, il y a longtemps que cet Ordre ne subsiste plus.

 

D'après " LES ORDRES DE CHEVALERIE : PALLIOT - 1660 "

 

 

 

(1) Jean II de France, dit Jean le Bon, né le 26 avril 1319 au château du Gué de Maulny du Mans - mort à Londres le 8 avril 1364, fils du roi Philippe VI et de son épouse Jeanne de Bourgogne, fut roi de France de 1350 à 1364, second souverain issu de la maison capétienne de Valois.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×